Pourquoi et comment faire faire de la kinésithérapie respiratoire ?

La kinésithérapie respiratoire est une forme de thérapie indispensable généralement chez les enfants et les bébés qui ont des problèmes respiratoires, des difficultés à respirer et qui sont atteints de bronchiolite. Dès la naissance ou au cours de la croissance de l’enfant, les parents et le pédiatre peuvent déjà détecter cette pathologie lorsque le petit représente toujours des symptômes de mauvaises respirations ou autres. Cet article vous dévoilera les principales raisons pour faire la kinésithérapie respiratoire et aussi la manière de procéder à cette thérapie.

Pourquoi avoir recours à la kinésithérapie respiratoire ?

Lorsqu’un bébé ou un enfant est atteint d’une pathologie obstructive chronique ou (BPCO), il doit dans ce cas avoir recours à la kinésithérapie respiratoire. Cette thérapie vise à favoriser le désencombrement ou la toilette bronchique du poumon. Le BPCO se présente sous la forme d’augmentation de quantité de mucus produit, l’altération du tapis mucociliaire ou l’hyperproduction de mucus.

La dilatation bronchique demande aussi une intervention spéciale de la kinésithérapie respiratoire. À la différence du BPCO, cette pathologie marque beaucoup plus le patient (adulte ou enfant) car les bronches sont dilatées, il y a aussi une disparition du tapis mucociliaire sans oublier la stagnation des mucus infectés dans les bronches.

Comment faire faire une kinésithérapie respiratoire ?

Effectuer une kinésithérapie respiratoire demande à l’intervention d’un médecin-kinésithérapeute. Pour commencer le traitement, le kinésithérapeute réalise un bilan médical. Après le bilan il effectue une observation de crachat, c’est à ce stade qu’il est en mesure de définir si le patient doit suivre une kinésithérapie respiratoire ou non. Lorsque la pathologie est aiguë ou qu’il a été détecté une bronchite, un traitement de courte durée est imposé. Le patient BPCO doit par contre suivre un traitement à durée assez longue, et s’il représente une dilatation des bronches, les séances de kinésithérapie respiratoire ne doivent jamais être interrompues.

Pour faciliter le traitement, le patient en personne doit être en mesure d’apprendre les exercices de drainage pour ensuite devenir indépendant dans la réalisation de la toilette bronchite sans l’intervention du kinésithérapeute.