Comment devenir ostéopathe ?

Si vous avez décidé de suivre une formation en ostéopathie, il est nécessaire que vous sachiez les grandes lignes de ce métier avant de vous y intégrer. Certes, votre passion peut être déjà en vous, mais avec les différentes étapes à suivre, il est important de bien respecter les prérequis.

Tout savoir sur l’ostéopathie

Connue comme étant une médecine douce manuelle, l’ostéopathie sert à traiter toutes les maladies à l’aide des mains. Soulager les douleurs et soigner des pathologies de toutes sortes sont dans ce cas le rôle principal de l’ostéopathe. L’ostéopathe travaille au sein de son cabinet libéral. Les zones auxquelles il prend en charge sur le corps sont les suivantes : les structures osseuses c’est-à-dire les articulations, les viscères et le crâne. Les procédures de consultations d’un ostéopathe se résument comme suit :

  • Faire un bilan complet du patient
  • Faire un diagnostic ostéopathique
  • Faire un diagnostic différentiel
  • Adapter une technique pour chaque patient
  • Conseiller le patient en fin de séance pour éviter les pathologies récidives

La formation à suivre pour devenir ostéopathe

Avant de suivre la formation en ostéopathie, vous devrez avoir un diplôme de baccalauréat. Lorsque vous avez ce dernier, vous pouvez faire le choix entre suivre une formation à plein temps, à temps partiel ou la formation universitaire. Ce choix dépend de votre occupation. La durée d’une formation dans ce domaine va de cinq ans à six ans. Parfois, il existe des personnes étant diplômées dans les branches suivantes qui veulent aussi suivre la formation en ostéopathie : infirmier, médecin, kinésithérapeute. Ces personnes peuvent très bien se former, mais à une condition : que leur motivation soit bien précise.

Les qualités à adopter pour devenir ostéopathe

Être ostéopathe ne demande pas uniquement à obtenir un diplôme après la formation de cinq ans. Il est important d’adopter les qualités suivantes : la sociabilité, l’envie de soigner les patients, le respect de l’éthique, l’assiduité, etc.